06 14 77 54 75 contact@formanyl.com
Sélectionner une page

6. Les limites du rôle professionnel de l’aide à domicile.

Contexte

Nous partirons du constat qu’il n’y a pas d’accompagnement sans implication et engagement relationnel, et que ceci met en jeu un ensemble de mécanismes psychiques conscient et inconscients.

Comment construire et maintenir une relation d’aide efficace où s’expriment l’empathie et la bienveillance, où la « chaleur humaine » a sa place, bordée par un cadre sécurisant tant pour le professionnel que pour l’usager ?

L’enjeu de la formation est de « mettre au travail » cette relation et cette implication, de les penser pour éviter deux situations extrêmes tout aussi dommageables pour la personne aidée que pour le professionnel :

  • Soit une relation trop distanciée dans laquelle le professionnel se protègerait de tout affect et de toute proximité avec l’usager, se réfugiant derrière l’application stricte de procédures et de protocoles.
  • Soit une relation confuse dans laquelle le professionnel s’investit totalement, au mépris du cadre professionnel et dans un mélange des rôles pris plus ou moins consciemment

Rester professionnel implique de bien maitriser les limites de son rôle, de prendre le recul nécessaire pour construire une relation d’aide équilibrée et de savoir poser des limites avec tact et clarté.

Public concerné

Agents à domicile, employés à domicile et AVS

A l’issue de la formation les participants sauront
  1. Ce qu’est la relation d’aide dans le cadre professionnel.
  2. Recentrer les objectifs de la relation d’aide au regard de leurs missions.
  3. En quoi la « juste distance » est sécurisante et protectrice pour l’usager et pour eux –mêmes.
  4. En quoi les limites participent à la relation d’aide.
  5. Identifier les raisons –conscientes ou inconscientes-­‐ qui conduisent à la transgression ou à l’effacement des limites qui bornent la relation d’aide
  6. Poser des limites par leur attitude professionnelle et une
Prérequis

Aucun

Contenu de la formation

Travail sur les représentations de la relation d’aide, de ses limites et de la « juste distance relationnelle ».

  • Expression de la représentation que chacun se fait de « aider l’autre »

La relation d’aide dans le métier d’intervenante à domicile.

  • Quelle définition donner de la relation d’aide ? Quelles sont ses conditions et ses limites ?

Les différences entre l’attitude professionnelle et l’attitude que l’on peut avoir à titre personnel dans une relation de type « amicale ».

Poser des limites, à quoi ça sert ?

  • Pour l’usager :
    – Eviter l’instauration d’un lien de dépendance excessif
    – Eviter de susciter des attentes impossibles à satisfaire
    – Eviter de devenir « objet » des projections du professionnel.
    -Construire la confiance.
  • Pour ses aidants familiaux :
    – Eviter les mises en rivalité
    – Eviter de susciter des attentes qui dépassent le rôle professionnel
  • Pour le professionnel :
    – Apparaître comme un professionnel fiable, sur qui on peut compter.
    – Ne pas faire naître chez la personne aidée des attentes, des espoirs qui seront au final déçu.
    – Rester à sa place, en tant qu’intervenant certes précieux mais hors du champ de l’amitié et de la famille.
    – Prévenir l’usure professionnelle
    – Acceptation de la part d’impuissance inévitable
    – Eviter de porter seul le sort de l’usager
    – Donner sens à sa mission

Pourquoi est-on prêt à dépasser les limites de son rôle professionnel ?

  • Quels sont les ressorts psychologiques, qui contribuent à poser et à respecter des limites, ou au contraire à les repousser voire à les nier ?
    – La sensibilité personnelle et l’envie d’aider.
    – La difficulté à prendre du recul et le sentiment de « porter seul » la problématique de la personne aidée.
    – Le besoin de reconnaissance.
    – Les « bénéfices secondaires » qu’il y a à sortir du cadre professionnel.

Les marqueurs de l’attitude professionnelle qui permettent de « poser des limites »

  • La discrétion et le respect du secret professionnel
    – La discrétion sur soi, sur sa vie privée
    – La discrétion au sujet de ses collègues, au sujet du service
    – Les bénéfices de cette discrétion pour le professionnel (au sens d’une protection) et pour l’usager (dans sa dimension contenante)
  • Le « savoir être »
    – La politesse, le refus de l’infantilisation
    – L’écoute
    – Savoir dire ses limites et savoir dire « non », etc…
Durée

12 heures réparties en deux journées de 6 heures

Méthodes pédagogiques

Exposés théoriques adaptés, exercices, reprises de situations proposées par les participants, échanges. Un document synthétisant les différents apports sera remis aux participants.
Vidéoprojecteur, films, livret, mises en situation, jeux de rôles.

Formateur

Expert SAAD
Médecin
Infirmière

Evaluation
  1. Une évaluation individuelle de la satisfaction des participants au regard de leurs attentes initiales. Elle est réalisée par le biais d’un questionnaire individuel qui sera transmis par nos soins aux stagiaires en fin de session.
  2. Une synthèse des questionnaires est adressée au responsable de formation.
  3. Une auto-­‐évaluation collective des acquis de la formation.
  4. Une synthèse de cette auto-­‐évaluation est adressée au responsable de formation.
Coût

Nous consulter pour établir un devis.